.
 

L'Aube Morne et la Chute du Régime Impérial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jïnn
avatar
Esprit Celeste
Messages : 93
Recueil

Recueil
♦ Occupation/Profession :: Esprit Celeste
♦ Race/Sexe :: /
♦ Lieu de Résidence :: Valgaraan
Revenir en haut Aller en bas
L'Aube Morne et la Chute du Régime Impérial


L'Aube Morne

& la chute du Régime Impérial



Bien que le temps ai aujourd'hui consolé les peines et pansé la plupart des plaies en surface, la tragédie de l'Aube Morne demeure vivace dans les souvenirs de ceux qui ont connu l'époque de la suprématie Symryvvin. Et par delà la perte de ces repères millénaires, il a fallu aux peuples trouver le moyen de reconstruire ce que l'Empire avait mis en oeuvre, faire perdurer ce qui unissait Valgaraan ; l'Ordre et l'Harmonie d'un Monde en Paix.



Les Fastes de la Saïda

Si l’écoulement du temps se voit ponctué par diverses célébrations culturelles ou encore religieuses, les plus fameuses demeurent celles qui honorent le passage d’une année à une autre ; les Fastes de la Saïda.
Établies depuis les balbutiements de la Conquête par le Premier Empereur Azahsar, ces réjouissances se posent comme un des piliers de la souveraineté absolue de la lignée Impériale Symryvvin. Le déroulement des évènements de la Saïda témoigne d’une structure ritualisée depuis des Ères à laquelle se sont pliés tous les Monarques de Valgaraan. Ainsi, la localité désignée {et préalablement aspirante} se voit accueillir la Maison Princière accompagnée de sa suite ainsi que des lignées princières de Valgaraan pour une Heptade de cérémonies dédiées à l’An Nouveau et l’arrivée de la Saison Fertile.

Le cortège fait son entrée dans la Cité au Jour de l’Ancienne Année, dernier jour du mois de Marg. S’en suit une procession jusqu’au plus imposant des Sérails sur le parvis duquel sera officié au crépuscule le sacrifice d’un taureau, symbolisant alors l’achèvement. Les festivités se poursuivent dans toute la ville jusque la mi-nuit, allant même à côtoyer l’aube du Zhâd naissant.  
Âvaj, le Premier Jour, s’anime principalement autour d’un Grand Banquet au soleil couchant durant lequel l’Empereur se restaure devant l’assemblée de l’animal offert la veille. La vie succédant à la mort, l’allégresse se prolonge jusqu’au 5eme jour (Pendj) qui impose à tous le repos. Zsesh est consacré à la bénédiction des champs, vergers et plantations environnantes, afin que l’année initiée soit fertile. Enfin, au dernier jour de l’Heptade des Fastes de Saïda, l’Emir de Valgaraan procède aux ultimes grâces sur la Cité avant d’entreprendre une parade de départ et de faire route vers Asasius.



L'Aube Morne

C'est la Cité de Syemkher, située dans les Grands Sables d'Iensar, au Sud du Désert d'Eshbaras, qui se voit accueillir les Fastes de l'année nouvelle 502 de l’Ère Tertiaire. Comme de coutume, l'Impératrice Yskandara fait son entrée dans la ville au crépuscule de Marg, accompagnée de sa progéniture et sa kyrielle de suivants qui sont acclamés comme de véritables dieux et couverts de présents.
Les diverses cérémonies qui rythment la Saïda se déroulent dans une allégresse générale, celle-ci due au déplacement en la localité de populations du Siwalar ou encore du Haut-Cynet. Les festivités semblent d'une rassurante normalité, jusque la dramatique Orée du Jour de l'Armaqâtab, les sacrements des semences et cultures, désormais associé à ce que l'on appelle communément l'Aube Morne.

Au matin du sixième jour de Zhâd, alors que la journée doit s'initier par une tournée des ouches environnantes et que les personnages illustres de la Cité accompagnés de quelques Hauts-Métayers patientent en contrebas du palais où séjournent leurs glorieux invités, nul écho ne vient troubler la quiétude du repos des Symryvvins vraisemblablement encore endormis.

Les minutes passent, s'approchant de l'heure, tandis que Phégée poursuit sa course par delà les quelques brumes qui blanchissent les cimes du ciel. L'attente est d'abord paisible, rieuse même ; si pour une Dokkàlfar, Son Altesse Yskandara baigne dans la fleur de l'âge, ses 216 années d’existence peuvent apparaitre fort épuisantes, ajoutées à une troisième grossesse exigeante. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que l'Impératrice s'autorise quelques écarts à la régularité exemplaire de ses aïeux, on l'a souvent vu saupoudrer de son tempérament capricieux les divers rites de la lignée régnante.

Cependant, que l'on puisse expliquer l'ajournement de la Mère ne justifie guère le mutisme des enfants, que l'on aurait dû entendre s'affairer derrière la porte du logis. Si personne n'a encore osé pénétrer le cocon Princier l'oppressant silence qui s'en dégage commence à sérieusement alarmer Eukros Suuha, Emir de Syemkher, qui décide de forcer l'accès les séparant de la certitude. Ce que l'homme découvrit dans la chambre lui coûterait la vie ainsi qu'à l'Empire tel qu'érigé par Azahsar le Conquérant et sa descendance.

Le battant déverrouillé s'ouvre sur un macabre théâtre aux origines inexplicables. Sur le sol et la couche principale sont étendus les dépouilles figées d'Yskandara et des jeunes Isith et Elvind, leurs yeux originellement d'ambre scintillant devenus d'une sinistre opacité diaphane, leur derme sombre moucheté de tâches pâles. La funeste effluve qui embaume la scène ne laisse aucun doute sur le caractère morbide de celle-ci, bien que les trois Alfes reposent sans aucune trace de meurtrissure. Au dehors, on trépigne de savoir ce qui légitime l'absence des souverains, tandis que les premiers vagissements de panique propagent la nouvelle à une ahurissante vitesse ; les Symryvvins ne sont plus.


La Chute de l'Empire

Les festivités célébrant la Renaissance se meuvent en une lugubre ode à la Mort, et ce qui est d'abord perçu comme une odieuse rumeur par les populations confuses de la Syemkher ameutée devient rapidement la glaçante vérité. Les cris se mêlent aux pleurs qui inondent littéralement le parvis du palais, tandis qu'une interrogation s'ébauche en ces esprits tourmentés ; pourquoi? Les veilleurs de la ville tentent d'évacuer la place alors qu'on fait venir les meilleurs mires et apothicaires des environs pour tenter de comprendre ce qu'il est arrivé aux Entités Suprêmes. Outre ce qui a été observé par Eukros et ceux l'accompagnant lors de l'effroyable découverte, rien ne précise ce qui a pu être à l'origine de cette immense perte, rien sauf la conviction qu'il s'agit là d'un acte délibéré à l'encontre des tant appréciés représentants Impériaux, d'un infâme régicide mettant un terme à la suprématie de la lignée.

En effet, l'Impératrice et sa couvée disparus, l'antique dynastie Dokkàlfar s’éteint sans qu'aucun espoir de pouvoir la raviver ne subsiste. L'auguste fiel du Conquérant de Valgaraan se tarit pour ne laisser que le miséreux conjoint de Feu Son Altesse, l'Empereur Javrian Vahadar, avec entre les mains l'immense responsabilité de gouverner. L'une des Trois Excellences de l'Empire, le Chancelier Mhanfar Alsakhr se rue sur l'occasion d'assister personnellement son nouveau Maître à la tâche.

Il initie une ère de répression et de terreur, accusant le Royaume de Celegard d'avoir attenté au système qu'il a fui presque un siècle auparavant, puis mettant en cause l'Emir de la localité devenue décor du drame. Alsakhr finit par faire assassiner Eukros Suuha avant d'ordonner l'éradication de Syemkher sous motif de purification. La paranoïa et le trouble prennent un essor sans précédant sur le Continent, chacun devenant méfiant voir hostile à tout ce qui lui est étranger. Fort impopulaire et très contesté, le règne de l'époux de la regrettée Yskandara et son cruel consul pousse les Cités à se refermer sur elles-mêmes, celles-ci préférant une politique détachée et locale à un ersatz barbare de l'harmonie révolue.
La Régence Rouge s'achève brutalement près de deux ans après son amorce (en 3 504), dans une atmosphère tout aussi traître que délétère, par le suicide d'un Javrian, gravement rongé par le chagrin. S'en suit la moins fâcheuse disparition du Chancelier Alsakhr, commanditée par son ancien homologue le Secrétaire Impérial, Lethnas Nebryt, qui doucement suggère aux domaines presque redevenus indépendants l'idée de reconstruire ensemble leur Empire dévasté.

Personnalité hautement respectée sous l'Hégémonie Symryvvin et éminent partisan de la cohésion et de la conciliation, Nebryt propose aux Princes des Grandes Cités Valgaraanes de se réunir en un fief neutre, afin de convenir ensemble des directives à prendre conjointement pour l'avenir de leur Terre Commune. L'intention est d'abord accueillie avec froideur, voir même avec crainte par certains. Qu'ont-ils à gagner à présent à s'unir alors que cela a finalement eu raison de leur unisson, et pire encore, permis à un despote barbare de toucher du doigt le pouvoir! Après maintes tentatives de vaine persuasion, l'homme ne s'avoue point vaincu et use d'un procédé moins louable que son éloquence naturelle mais tout aussi efficace ; la ruse.

L'ancienne Excellence convie cette fois les Émirs à venir assister à une grande cérémonie d'hommage à la Maison Impériale, ayant lieu au cœur du mois d'Asâyesh de l'an 504, au Sanctuaire de l'ancienne Syemkher, sommairement rebâtie en lieu de recueil. Les citadelles dans la confidence, Sah'Ys, Myernion, Naazshisa, Nevenè et Da'Kha soutiennent la sollicitation et encouragent leurs consœurs et rivales à faire de même. Maladroit mais pourtant simple, le plan de Nebryt est une réussite et la seconde heptade de la fin de l'automne accueille la Prime Séance de ce qui sera le Haut-Concile de Valgaraan.
En le lieu même de la Chute de l'Empire Symryvvin, renaît des cendres de la grande œuvre d'Azahsar une organisation politique encore d'usage aujourd'hui.



Le Haut-Concile Valgaraan

L'Audience de fortune s'achève sur un sentiment général d'une positivité depuis longtemps disparue. Les adversaires d'autrefois et les camarades de toujours s'accordent à trouver un bénéfice à cette extraordinaire alliance ; une promesse, celle de faire prospérer la quiétude de Valgaraan, d'unir leurs intérêts et richesses pour cette grande cause. S'unir en une telle assemblée permet en outre de s'assurer le respect de ses pairs, de prévenir les vents de rébellion et d'empêcher que le Continent ne bascule dans le chaos des individualités avares et vindicatives.

Ainsi, le Sanctuaire des Grands Sables devient le théâtre de cet exceptionnel rassemblement, que l'on répète alors à plusieurs occasions durant l'année, avant de se figer en un évènement saisonnier. Promptement après son institutionnalisation, le Conseil prend place en l'antique siège du pouvoir ; l'Impériale Asasius, afin de toujours plus accentuer l'impartialité de la démarche.
D'année en année, les siégeant changent eux aussi ; des dix Cités initialement convoqués ne demeurent désormais que sept places, représentées par les Seigneurs d'Hamil-Iham, Da'Kha, Aldyyr'Ran, Lasai, Naazshisa, Cybèle et Sa'Hys, et depuis la fin de l'automne de l'An 504 de l’Ère Tertiaire leurs intentions et engagements sont restés intacts. De fait, les Villes et Régions conservent leur autonomie concernant des aspects de gestion locales, qu'il s'agisse de défense, d'exploitation des richesses ou de gouvernance. Le Haut-Concile, présidé par le Sage Nebryt, se pose comme un moyen d’efficacement s'unir en cas de besoin, de maintenir la sûreté et l'existence des itinéraires commerciaux, de faciliter les échanges inter-région ainsi que la protection des populations et surtout préserver par des valeurs de loyauté la paix sur Valgaraan.


Voir le profil de l'utilisateur http://valgaraan.forumactif.com
L'Aube Morne et la Chute du Régime Impérial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Gonaïves/Gros-Morne, vers la fin d'un calvaire
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» La chute de l'homme fort tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sables de Valgaraan :: HRP ~ Tour de la Citadelle :: Univers du Jeu :: Chroniques Valgaraanes-